retour à la liste des articles

La SIP a-t-elle un avenir ? Cela dépend de vous !

Le Comité de la SIP actuel a œuvré pour maintenir quelques activités et pour assurer une écoute et une prise en considération de ses souhaits par les autorités communales. Grâce aux cotisations des membres, aux abonnements au journal Le Chaumonnier, aux quelques entrées publicitaires et aux rares bénéfices découlant des manifestations organisées, il a pu apporter des soutiens directs ou indirects, notamment à la manifestation du 1e aout, au chœur mixte ou encore au tennis.

En dépis de ces efforts, beaucoup parmis nos membres ou nos lecteurs se demandent quelles sont les taches de la SIP, quelles sont ses actions peut-être même « à quoi elle sert ». Il est vrai que certaines de ses activités sont peu perceptibles et que celles qui les sont peuvent paraitre passéistes. L’édition d’un petit journal a-t-elle encore un sens à l’époque des réseaux sociaux, d’Internet et des autres moyens de communication actuels ? L’organisation d’une manifestation qui permette aux Chaumonniers de se rencontrer ou de se retrouver répond-elle toujours à un besoin ?

Que dire des autres activités du Comité ? Elles passent totalement inaperçues quand bien même elles ne sont pas anodines. Contacts fréquents et collaborations avec les autorités communales, participation à diverses réunions par exemples avec d’autres associations de quartier, suivi des thèmes traités par les législatifs et éventuel travail d’information auprès de groupes politiques, telles sont quelques activités auxquelles le Comité s’est attelé ces dernières années. Il s’agit d’un travail de l’ombre, discret, dont les retombées ne sont pas toujours ostensiblement perceptibles, quand bien même elles ne sont pas négligeables. Certains lui préfèrent la lumière de la presse, considérant ce moyen plus direct et efficace. Peut-être ont-ils raison, posant ainsi également les questions du rôle de la SIP, de sa manière de procéder et indirectement de son avenir.

La SIP a-t-elle donc un avenir ?

Conscient que les efforts à fournir pour assurer le maintien des tâches qu’il assume sont conséquents, le Comité ne peut ignorer la question. Il se la pose de manière d’autant plus intense que deux de ses membres, Caissier et Président, ne vont pas poursuivre leur activité et que les autres membres sont indécis.

Par ailleurs les organisateurs de la course Cressier-Chaumont, face à différents problèmes organisationnels rencontrés ces dernières années et en raison d’un succès sportif mitigé, se posent également des questions quant à l’avenir de la course. Sans un signe clair de la motivation de la SIP et de la population de Chaumont, cette manifestation risque donc de disparaître, entraînant avec elle la Fête de Chaumont.

Ces différentes considérations doivent amener chaque Chaumonnière et chaque Chaumonnier à s’interroger sur ses attentes face à la vie associative de Chaumont, sur ses besoins et souhaits en termes de développement ou d’évolution des infrastructures, sur ses aspirations pour le Chaumont d’aujourd’hui et de demain. Dans ses réflexions, chacun doit également évaluer si la SIP, comme association de quartier, peut aider à la concrétisation de ses aspirations ou si au contraire elle n’a plus de raison d’être.

S’il devait apparaître que la SIP ne répond plus à un besoin, nous devrons nous résoudre à la dissoudre. Si au contraire – ce que nous espérons vivement -, le besoin de maintenir une association de quartier active à Chaumont était clairement identifié, il appartiendrait au nouveau Comité de dessiner les contours du Chaumont de demain.

Cela implique en premier lieu un renouvellement et un renforcement du Comité, par des forces vives prêtes à s’engager et à œuvrer pour que l’esprit de Chaumont demeure.

Cela dépend de vous !

Pour le Comité :

Mirko Kipfer

Président